publicité

François Hollande signe les douze premiers emplois d'avenir à Chelles en Seine-et-Marne

Le président François Hollande a signé jeudi à Chelles les douze premiers emplois d'avenirs, un nouveau dispositif destiné à insérer des jeunes pas ou peu qualifiés dans le monde du travail. Que sont ces nouveaux contrats?

  • EH/AFP
  • Publié le 08/11/2012 | 11:56, mis à jour le 01/07/2013 | 15:18
François Hollande signe les 12 premiers contrat d'avenir à Chelles en Seine et Marne. © France3 Ile-de-France
© France3 Ile-de-France François Hollande signe les 12 premiers contrat d'avenir à Chelles en Seine et Marne.
L'objectif du gouvernement est de parvenir à la signature de quelque 100.000 emplois d'avenir en 2013 et d'atteindre le chiffre de 150.000 à compter de 2014.

 Extrait du discours de François Hollande.
Extrait du discours de François Hollande.
Extrait du discours de François Hollande à Chelles le jeudi 8 novembre 2012.

Emplois d'avenir, mode d'emploi
- Bénéficiaires: les jeunes pas ou peu diplômés âgés de 16 à 25 ans, dans les zones urbaines ou rurales les plus marquées par le chômage et en outre-mer; des travailleurs handicapés de moins de 30 ans en difficulté et peu qualifiés.
- Objectif: 100.000 jeunes en 2013, 150.000 en 2014. "La montée en puissance se fera lentement, ce ne sera pas un raz-de-marée", prévient-on au ministère du Travail.
- Durée des contrats: des temps pleins, en CDI ou CDD d'un an renouvelable jusqu'à trois ans; les personnes publiques (collectivités territoriales, établissements publics) n'ont le droit de recourir qu'à des CDD. Un employeur voulant embaucher un jeune en emploi d'avenir devra dire dans quelle mesure cet emploi a des chances de devenir pérenne au-delà des trois ans.
- Dotation par région: "En fonction du nombre de jeunes répondant aux critères retenus", "les régions se verront distribuer une enveloppe annuelle", explique-t-on au ministère du Travail. 85.000 emplois d'avenir seront financés en métropole en 2013 (dont 14.000 pour l'Ile-de-France), 9.000 en outre-mer. A cela s'ajoutent les 6.000 emplois d'avenir professeur.
- Aide de l'Etat: 75% de la rémunération brute au niveau du Smic seront pris en charge pendant une durée maximale de trois ans pour le secteur non marchand. L'aide sera de 47% pour les entreprises d'insertion par l'activité économique dans le secteur marchand, et de 35% pour le secteur marchand.
Le budget 2013 prévoit 2,3 milliards d'euros pour financer ces emplois d'avenir.
- Secteurs concernés: principalement les secteurs non marchands d'activité en développement ou à forte utilité sociale ou environnementale (filières vertes et numériques, secteur social et secteur médico-social, animation, tourisme, aides à la personne). L'ouverture au secteur marchand sera sous conditions.
- Recrutement et accompagnement: les Missions locales et Pôle emploi recueilleront et diffuseront les offres des employeurs, sélectionnés en fonction de l'encadrement et des actions de formation prévues.
L'accompagnement sera confié aux Missions locales, où des "référents" seront chargés d'une médiation entre le jeune et l'employeur, ainsi que du suivi dans l'objectif d'une pérennisation des emplois. Pour ce faire, l'Etat augmentera leurs crédits annuels de 30 millions d'euros.
- Emplois d'avenir professeur: 6.000 emplois d'avenir professeur sont prévus en 2013, environ 18.000 étudiants devraient en bénéficier d'ici à 2015. Il s'agira d'emplois à temps partiel (mi-temps maximum) dans les établissements scolaires, y compris dans le privé sous contrat et dans l'enseignement agricole,
réservés à des étudiants boursiers d'un niveau compris entre la deuxième année
de licence et la première année de master, ayant vécu dans des zones défavorisées.

les + lus

les + partagés