publicité

Quand le cheval est un aide-soignant

Le soin par le cheval pour les personnes en situation de handicap. Les associations sont aujourd'hui nombreuses partout en France. Autisme, trisomie, paraplégie, tétraplégie ou IMC.  Les objectifs poursuivis sont semblables avec le cheval comme vecteur.

  • Par Frédérique-marie Lamouret
  • Publié le 24/02/2013 | 09:27, mis à jour le 24/02/2013 | 13:12
selle_a_2_places.jpg
Via les paralympiques, on commence à connaître l’équitation pratiquée par les jeunes ou moins jeunes, femmes et hommes connaissant un handicap physique. En loisir ou en compétition, nombreux sont les handicapés en capacité de monter à cheval, dès lors que l’encadrement est compétent et les techniques adaptées. En marge des grands rendez-vous de concours hippiques internationaux de sauts d'obstacles, de plus en plus de compétitions sont organisées. C’est toujours fort de voir Michel Robert, champion international français de la spécialité ouvrir le tour, à cheval quelques mètres devant une non-voyante, pour lui permettre de sauter les obstacles par ses indications orales. Amputés de(s) jambe(s) ou des membres supérieurs, ils s'engagent tous à fond. La fédération handisport est une porte d’entrée efficace.

Du handicap à l'action

S'est développée aussi une pratique qui s’est structurée autour de la notion même du soin, bien loin de l’apprentissage de la technique équestre et des performances sportives. Elle s’adresse à des personnes nécessitant attention de par leurs déficiences motrices et /ou mentales ou connaissant des difficultés d’ordre psychiques. De l’autisme aux troubles du comportement, des carences cognitives aux psychotiques, les cas cliniques bien que différents viennent tous s’appuyer ici sur des ressorts identiques : la recherche d’accompagnement thérapeutique. Le cheval ne juge pas. Il est un vecteur, un médiateur avec le monde. Les relations passent par le sensoriel. Il ne s’agit pas de guérison mais de quête de mieux être... De progression dans l’autonomisation ou l’acquisition de fonctions. Le brossage, le pansage sont déjà à eux seuls une étape fondamentale, dès lors que c'est une occasion unique de s’occuper d’autrui et alors même qu’en général le soin leur est porté. Enfin, l’activité physique, via le plaisir, permet une amélioration de la masse musculaire ou une tonification. Ils ne subissent pas, elles et ils sont acteurs et actrices

dsc_1198_1.jpg


La pratique est maintenant connue et elle se développe partout.  Equithérapie, équitation adaptée, Equi-handi… les dénominations sont nombreuses. Dans leur philosophie, le principe est commun même avec la coexistence de courants de pensées parfois en opposition dans les déclarations.
Il faut dire que le chemin a été long jusqu’à aujourd’hui. Si les techniques sont théorisées, si des nuances distinguent les acteurs dans des gestes et repères, cette pratique vient de loin. Il fallait être visionnaire à la fin des années 60 et au début des années 70 pour envisager une démarche thérapeutique. Les chevaux et l’équitation à l’époque étaient l’affaire des militaires.  La codification laissaient que bien peu de place à l’imagination. Et encore cela ne suffisait il pas. L’obstination était indispensable pour bouger les lignes.
"C’était le fait d’un petit nombre. Et si d'aventure le sujet intéressait, c'était aussi une question d'opportunité. Pour moi, une rencontre avec un éducateur qui désirait travailler sur la rééducation fonctionnelle" souligne Nicolas Millet. En 1969, jeune moniteur et pas encore instructeur, il s'embarque dans cette aventure avec des épileptiques pratiquant déjà le judo. L'éducateur aimait les chevaux. "L’objectif était de les décontracter" avec une approche empirique et... Des erreurs.  "Nous étions convaincus à l’époque qu’ils ne pouvaient pas déclencher de crise d’épilepsie. Nous nous trompions ! Mais nous avons appris à détecter aussi ce qui favorisait leur déclenchement."

Les échanges avec des psycho-motriciens se sont accrus. "Nous avions tout à construire." L’étape d’après fut le travail engagé avec des enfants et des adolescents en situation de handicap mental, qui connaissaient aussi pour certains des soucis de motricité. Au fil des mois, des progrès sont enregistrés. Parfois petits, mais réels. "Le cheval et l’équitation apaisent. Cela construit des codes là où il n’y en a pas et où il est bien difficile d’en créer dans le monde extérieur. Ce sont aussi des bases de repères spatio-temporelles qui font parfois entièrement défaut."
Lara, autiste profonde, violente souvent, se transforme radicalement sur son double poney. Stéphane, pétri de tocs, soumis à une grande agitation continuelle, criant, toujours stressé, à se frotter les mains l'une sur l'autre avec frénésie, parvient à rester silencieux, calme, et àtenir ses rênes pendant 45’ d’affilé. Les exemples s’égraînent. «"l ne s’agissait pas de miracle. Les progrès ne sont pas fulgurants mais réguliers.  Ils n’étaient pas guéris. Ils se sentaient mieux, et cela se voyait. "

Quatre piliers constituent toujours l'assemblage : l’instructeur qui est à l’écoute du cheval et le cheval qui lui obéit selon des principes (ancêtres de l’éthologie). Le soignant qui donne des indications sur l’état d’esprit du moment, permettant d’adapter le travail du jour. Et le Soigné.
Mais tout cela ne tient que sur les femmes et les hommes qui s’engagent. Et quand l’instructeur part du Haras du Pin dans les années 80, la seule association structurée en Basse Normandie baisse le rideau. Mais l'élan est donné et la suite assurée avec la création des "Rênes de la vie" dans la Manche, et l’Association Ornaise de Rééducation Par l’Equitation. Nicolas Milet prendra la présidence de cette dernière à partir des années 1990, présidence qu’il conserve même s’il est à la retraite de son activité purement professionnelle. "L’important est de former une relève. Pour continuer et ainsi permettre à plus de gens d’en profiter."

Et les chevaux dans tout cela ?

Aujourd'hui, des formations existent et on sait exactement ce que l’on cherche comme cheval. Il est important d’avoir des sujets calmes, doux. Rompus à tout. On ne cherche pas des performances techniques ou sportives. On privilégie l'échange et le dialogue facile. "Certaines associations cavaliers-montures ne fonctionnent pas. J’ai eu une jument qui était parfaite avec tous les types de profils, sauf les psychotiques. Ce qu’elle recevait comme messages devait l’inquiéter, la stresser. L’expérience nous l’a appris. Il faut être vigilant le plus en amont possible. Prédire les réactions, les anticiper. Le cheval est le vecteur qui transmet et non l’inverse comme on en a l’habitude. Le langage non verbal est tellement fondamental."
Mais la plupart du temps, tout se passe bien. L’handicapé n’entre pas en opposition ou en conflit. N’essaye pas de s’imposer par la force.  "Le cheval apporte un retour à l’équilibre par la nature. Du calme, de la reconnaissance et de l’assurance. Et la connaissance de son corps. Cela ferait d’ailleurs du bien à beaucoup de gens dits normaux qui ne connaissent pas plus leur corps !"


Le handicap physique lourd n’est pas oublié. Des systèmes facilitant l’accession au cheval (palans) ou même le maintien (selle à 2 places) ont été élaborés pour répondre aux besoins des IMC (Infirmes Moteurs Cérébraux).  En l’occurrence la pratique permet à ces femmes et hommes prisonniers de leurs corps de le ré-investir. De lutter contre leur insuffisance musculaire.


Et si la monte classique n’est pas possible. Si la voltige est hors de portée, alors il reste encore l’attelage. "Nous avons créé des réponses à des besoins qui se présentaient, confirmées par des conférences ou des rencontres avec des spécialistes. Comme le jour où Catherine Dolto est venue présenter ses travaux. Nous étions arrivés à ses conclusions de façon empirique". 

Et puis n'oublions surtout pas que l'AORE est une association à but bon lucratif. Basée sur le bénévolat. De Nicolas Millet et de quelques autres. Bourrés de bonne volonté, toujours prêts à mettre la main à la poche. Mais tout cela coûte cher... N'hésitez pas à les contacter


Quelques adresses :
Société française d'Equithérapie
Institut de formation professionnelle, spécialiste de la médiation équine.
La FENTAC, Thérapie avec le cheval - Equithérapie - Médiations thérapeutiques - Formation professionnelle
Fédération handisport
 

dsc_3367.jpg

 

les + lus

les + partagés

publicité

facebook

SIA après la fermeture

Twitter

nos partenaires