publicité

Paris : Europunk débarque à la Cité de la Musique

Conçue par Eric de Chassey pour la Villa Médicis, l'exposition Europunk a voyagé dans les pays francophones (Suisse, Belgique...). Elle s’installe à la Cité de la Musique de Paris avec de nouvelles installations, spécifiquement adaptées au lieu. A voir jusqu'au 18 janvier 2014.

  • Par Emmanuèle Bailly
  • Publié le 18/10/2013 | 16:33, mis à jour le 21/10/2013 | 11:10
© DR
© DR
A Londres en 1976, Johnny Rotten et les Sex Pistols, font exploser un genre nouveau avec le titre : « God save the Queen ». Un nouveau genre musical émerge des milieux prolétaires en Angleterre. Lancée par des groupes enragés, tels que Sex Pistols, The Clash, The Damned. Le message politique est clair il vient s'opposer à la période hippie précédente. Le mouvement punk, dit non à la bien-pensance hypocrite, son message "No Future".

A l'époque en France, certains les appelaient Paink et même parfois pounk. Aujourd'hui, 35 ans plus tard, le mouvement est loin d'être mort : il a droit de cité au musée.

Au total, plus de 450 objets (vêtements, fanzines, affiches, tracts, dessins et collages, pochettes de disques, films, etc.), issus de collections privées et publiques, ainsi que de nombreux enregistrements audio et vidéo, témoignent de cette vitalité du mouvement punk. Les six chapitres de l'exposition sont encadrés d'une frise chronologique replaçant les artistes dans le contexte politique et culturel de l'époque. Une salle d'écoute est par ailleurs constituée d'un mur d'enceintes, par l'image et le son, pour retrouver toute l'énergie de cette révolution artistique.

"Europunk" permet de découvrir la culture punk des années 80 à travers plusieurs épisodes, dont celui consacré à « la culture visuelle punk en Europe de 1976 à 1980 ». Europunk à la Cité de la Musique du 19 octobre 2013 au 18 janvier 2014.

>> Un reportage de Didier Morel
EXPO EUROPUNK

« Les hippies s’étaient opposés à la guerre du Vietnam. Les Punks s’opposent pas, ils révèlent, ils caricaturent. La réalité de leur jeunesse, c’est la récession économique, le chômage. Cette crise, ils la portent sur eux avec des vêtements de clochards comme une provocation. (…) Les Punks ne sont peut-être que des clowns désespérés ». 
>> Reportage de Antenne 2 en 1977 sur le mouvement Punk en Angleterre

 

les + lus

les + partagés